Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Saumurois. Après son prix reçu au Salon de l'Agriculture, l'asso ValOrise veut débuter la production

Créée en octobre 2016 sur le Saumurois, l'association ValOrise propose des réponses concrètes au gaspillage alimentaire et à l'éducation au goût dans une démarche d'économie circulaire et solidaire. Une action honorée au dernier Salon de l'Agriculture.

Jean-Michel Marchand et Peggy Jousse-Peralta


Lauréate du Programme national de l’alimentation (1), dans la catégorie « Ancrage territorial » (2), Peggy Jousse-Peralta, la présidente de ValOrise, s'est vu remettre son prix des mains du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Stéphane Travert.

Désormais une notoriété nationale

Une mise en lumière nationale pour cette association locale, puisque la cérémonie s'est déroulée en plein Salon de l'Agriculture, le vendredi 2 mars dernier (relire notre article). Ce lundi 12 mars 2018, elle était invitée au siège de la communauté d'agglomération. Si cette réception était moins « strass et paillettes » qu'il y a 10 jours, ce fut l'occasion pour Jean-Michel Marchand, président de Saumur Val de Loire, de mettre en valeur la start-up sur le côté circuit court, anti gaspillage et social, et de féliciter Peggy Peralta-Jousse pour son travail déjà accompli. La CASVL devrait d'ailleurs bientôt fournir une enveloppe de 10 000 euros, sur un budget de 50 000 euros (relire notre article), pour aider l'association ValOrise à se développer.

Collecte auprès des maraîchers locaux

Peggy Jousse-Peralta, originaire de Normandie, mais Douessine par son père (où elle était commerciale), est tombée amoureuse du Saumurois et s’y est installée. En octobre 2016, elle crée l’association ValOrise afin d’œuvrer contre le gaspillage alimentaire et lance une phase de test en janvier 2017, jusqu’à mars. Auprès de quelques maraîchers d’Allonnes, Saint-Lambert-des-Levées, Turquant, Vivy… elle collecte et valorise les fruits et légumes de second choix, non calibrés pour la vente, puis les transforme et les vend en bocaux ou sachet. Les prototypes ont été testés lors d’événements : Disco Soupe en avril 2017, à Montsoreau, et en juin 2017 à Turquant. La transformation des produits est réalisée au lycée agricole Edgard-Pisani de Montreuil-Bellay ou à la Maison des Associations de Saumur.

Une implantation possible sur le MIN de Vivy

Peggy Jousse-Peralta a désormais un projet d’implantation d’un atelier collaboratif de transformation alimentaire sur le Saumurois et celui de l’organisation d’une filière locale de valorisation des fruits et légumes déclassés. Sa production sera principalement à destination des familles et des enfants bénéficiaires des dons alimentaires et devra permettre l’éveil au goût, à la sensibilisation et aux techniques culinaires. Le territoire produit, selon elle, 70 000 tonnes de fruits et légumes par an... 40% toutefois sont détruits au stade de la production et du calibrage. Accompagnée par la Direction du Développement Économique et de l’Attractivité (DDEA) de la Communauté d’Agglomération depuis janvier 2017, la jeune femme pourrait, suite à différents échanges avec les élus locaux, implanter son projet de légumerie-conserverie solidaire sur le MIN (Marché d'Intérêt National) de Vivy, une station fruitière et légumière avec des équipements adaptés au commerce de gros. Ici ou ailleurs, elle espère commencer son activité début 2019. Dans tous les cas, « c'est en Saumurois que je désire m'installer. J'entends beaucoup d'Angevins, de Tourangeaux ou de Nantais qui m'expliquent que ce n'est pas possible de développer une activité en Saumurois. Je ne suis pas d'accord et je suis très fière que ça se fasse ici », explique-t-elle.

Infos pratiques : Peggy Jousse-Peralta fut aussi lauréate, entre autres, de Pétillantes Initiatives de la fondation de France ; Demain modes d’emplois aux Écosolies de Nantes ; Économie de proximité en Pays de la Loire par la Chambre des métiers et de l’artisanat.

(1) En savoir plus sur le Programme national de l’alimentation, en cliquant ici.

(2) Le projet a pour but de renforcer le lien entre l’agriculture et la société, notamment en favorisant les circuits courts et un approvisionnement de qualité.





Article du 12 mars 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de d'ailleurs 13/03/2018 11:08:57

Où sont les points de vente svp ?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI