Doué, zone de la Saulaie : La pression foncière monte avec la Brasserie des Fontaines

"D'ici 3 ans, on aura du mal à voir la route de Saumur, nous avions 10 hectares à mettre à disposition et nous n'avons presque plus rien de disponible" a expliqué le maire de Doué-en-Anjou, Michel Pattée lors de la pose de la première pierre de 2 nouveaux ateliers relais dans la nouvelle zone de la Saulaie. Un est en attente de locataire. Le second va être occupé, dès le mois de juin, par la Brasserie des Fontaines qui n'arrête pas de grandir.

Anne Catherine Sailly pose la première pierre de son atelier relais


Ils ont le sourire les élus de voir les entreprises leur mettre la pression pour s'installer sur le territoire de Saumur Agglo Val de Loire. "J'ai encore eu un contact ce matin, Jean Michel, je n'ai pas encore eu le temps de t'en parler" a expliqué Michel Pattée en direction du président de l'Agglo, Jean Michel Marchand. Et ce dernier de confirmer l'embellie économique du Saumurois : "Pour accompagner les entreprises, nous mettons des moyens importants. Sur les 858 hectares de zones économiques, nous n'en avons plus que 160 à commercialiser. Il y a 13 ateliers relais en cours. Ici, sur la zone de la Saulaie, sur les 10 hectares, il n'y en plus qu'un de disponible"

Le taux de chômage comme point d'attraction

Les Pays de la Loire ont le vent en poupe en matière d'emploi, des agglos comme Les Herbiers ou le Choletais ont presque atteint le plein emploi, avec un taux de chômage proche des 5%. Alors, Saumur Agglo Val de Loire est attractif avec ses 8%. C'est une des raisons pour laquelle la société Hofica a décidé de créer 250 emplois à Doué en Anjou, explique sont PDG Jean-Yves Papin : "Nous avons fait le choix de venir ici pour profiter d'un vivier de personnels à former. Nous souhaitons atteindre notre objectif dans les 5 ans."

Développement endogène

Il n'y a pas que les entreprises de l'extérieur qui souhaitent se développer à Doué en Anjou. Anne Catherine Sailly a créé sa Brasserie artisanale, en 2007. Le marché de la bière artisanale est en pleine explosion. La consommation est passée de 18 millions d'hectolitres en 2017 à 21 millions aujourd'hui. Anne Catherine Sailly est aujourd'hui à l'étroit dans ses locaux : "Pour faire face à la demande, il nous faut pouvoir produire facilement. Notre production annuelle est de 500 000 hectolitres, nous distribuons essentiellement dans les épiceries bio. Notre brasserie des Verchers était beaucoup trop petite. Là, nous allons pouvoir produire correctement et vendre en direct. Cela passera inévitablement par des embauches".
Dès juin prochain, les amateurs pourront aller goûter directement à la brasserie la gamme de 12 bières et les cuvées évènementielles.


Article du 13 février 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Gédéon 14/02/2020 08:09:17

Bravo aux élus pour ces actions, encouragements aux entrepreneurs et bienvenue à ceux qui souhaitent s'installer chez nous.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI